Toxine Botulique

But et Action: L'injection locale de toxine botulique entraîne le blocage de certains muscles du visage dont la contraction induit des rides d'expression permettant ainsi de les effacer en grande partie.La toxine botulique utilisée en médecine est fabriquée industriellement et utilisée comme médicament à visée strictement locale ; elle est utilisée depuis 25 ans en neurologie, en ophtalmologie et en pédiatrie pour mettre au repos certains muscles à l'origine de manifestations anormales ou la toxine botulique bloque le muscle en inhibant la libération d'acétylcholine, un neuromédiateur responsable du passage de l'information entre le nerf et le muscle. C'est cette acétylcholine qui entraîne la contraction musculaire ; lorsqu'elle bloquée, la contraction des muscles ne peut plus se faire. Il s'agit d'un phénomène qui n'altère ni le muscle ni le nerf, réversible lorsque la toxine est éliminée. C'est cette propriété qui est utilisée avec la toxine botulinique de type A.

En dermatologie esthétique, la toxine agit sur la composante musculaire des rides et vise à relaxer les muscles peauciers du visage. Elle est utilisée essentiellement pour les rides d'expression du haut du visage (tiers supérieur de la face). Dans cette partie du visage, la peau et le muscle sont accolés, formant un véritable couple dont le résultat est la création de rides dites « d'expression ». Le relâchement musculaire obtenu quelques jours après les injections est réversible ; il ne dure que de 4 à 6 mois, période au bout de laquelle il faudra renouveler l'injection si l'on veut obtenir le même résultat.

Une première consultation permet d'examiner la zone à injecter, d'écouter les attentes de son « patient »  et de lui donner les informations sur le produit et sur les risques.

Lors de cette consultation, un devis détaillé est remis au patient; il fera ensuite signer lors de la consultation où a lieu l'injection, un formulaire de consentement dit « éclairé » dans lequel le patient reconnaît avoir été informé des risques liés à cette technique. L'utilisation de toxine botulique en médecine esthétique est une intervention à visée esthétique et donc, à ce titre, bien évidemment, non pris en charge par la Sécurité Sociale.

Lors d'une séance de traitement des rides par injection locale de toxine botulinique, on est installé sur la table d'examen . Après avoir désinfecté le visage, le médecin injecte la toxine dans les muscles responsables des rides, toxine qu'il a préparée en ajoutant du sérum physiologique à la poudre contenue dans le flacon.

Pour atténuer les rides dites « intersourcilières » ou « rides du lion » (zone triangulaire située entre les sourcils, juste au-dessus du nez), le médecin injectera la toxine dans 3 muscles : les deux premiers sont situés au niveau des sourcils et sont responsables des rides verticales (rides du lion) qui se forment, avec l'âge, entre les sourcils ; le troisième muscle concerné se situe à la racine du nez, et c'est lui, le responsable les rides horizontales situées entre les deux sourcils.

Pour supprimer les grandes rides horizontales du front, on injecte le muscle frontal, ce muscle qui permet aux sourcils de s'élever. Une fois les muscles du front relaxés, je peut injecter la « patte d'oie », petites rides du coin externe de l'œil. Pour ce faire, le muscle injecté est le muscle orbiculaire des paupières dans sa portion se trouvant sur le côté de l'œil, vers la tempe.

La toxine botulique étant très fluide, les aiguilles utilisées sont très fines, et la piqûre presque indolore. L'usage d'une crème anesthésiante n'est donc absolument pas indispensable. Les injections sont néanmoins profondes puisqu'elles vont jusqu'au muscle. Une fois injecté, le produit met quelques heures à se fixer et quelques jours encore à bloquer les muscles du visage. Les résultats sont visibles au bout de 2 semaines, date habituelle de la consultation de contrôle, et les suites ne sont généralement pas gênantes.

Lors de la première injection, il est possible qu'on ressente un effet de tension puisque l'action du muscle est un peu modifiée, et on peut avoir une impression de tension musculaire qui normalement doit être bien supportée ; même le froncement des sourcils, par exemple, est modifié. Si la toxine botulinique supprime les rides, elle permet également de modifier la position des sourcils en modifiant l'équilibre entre les muscles du visage.

Les effets secondaires sont liés au mode opératoire : les injections locales. Elles peuvent se traduire par de tous petits hématomes, qui sont rares, car l'aiguille est très fine. Ce traitement peut également entraîner, chez les patients migraineux, quelques maux de tête.

La complication exceptionnelle est le ptosis, c'est-à-dire la chute de la paupière supérieure qui entraîne une fermeture partielle de l'oeil. C'est pour cette raison que le patient doit rester au calme dans les heures qui suivent l'injection pour ne pas provoquer la diffusion de la toxine en bougeant trop les autres muscles de la face. Cette complication est transitoire et réversible après 3 à 4 semaines.

Il convient d'éviter les anticoagulants, les anti-inflammatoires, l'aspirine, dans les jours qui précèdent le traitement afin d'éviter l'apparition d'hématomes. Juste après les injections de toxine botulinique, et pour éviter que le produit ne diffuse au-delà de la zone injectée, il est important dans les heures qui suivent de rester au calme sans mobiliser de façon excessive les muscles des zones injectées.

Bien sûr n'hésitez pas à me poser vos questions.