32 boulevard des Invalides, 75007 Paris | en

Carcinomes trichoblastiques traités par chirurgie micrographique en paraffine

#carcinome-annexiel, #chirurgie-micrographique, #récidive

Auteurs : Gonzalez Lara L., Funck-Brentano E., Bonsang B., Zimmermann U., Blom A., Chapalain M., Arnold Tchakerien, Serra M, Aouidad I., Chaplain L., Roger A., Longvert C., Saiag P.

Introduction:

Le carcinome trichoblastique (CT) est une tumeur annexielle maligne rare. Le traitement standard est chirurgical; cependant dans 2/3 des cas des reprises chirurgicales sont nécessaires du fait d’exérèses itératives incomplètes. La chirurgie micrographique en paraffine (CMP) permettrait de réduire les marges tout en augmentant la fiabilité du caractère complet de l’exérèse, et de limiter le nombre de reprises chirurgicales. L’objectif était d’étudier les caractéristiques cliniques, le traitement par CMP et l´évolution des CT traités par CMP.

Matériel et Méthodes:

Etude rétrospective monocentrique des patients consécutifs traités par CMP entre 2017 et 2019. Les donnés cliniques (âge, sexe, localisation et taille de la tumeur), histologiques (biopsie et ou exérèse préalable), chirurgicales (nombre de reprises et technique de reconstruction) et évolutifs (délai de suivi, récidives) étaient analysés.

Résultats:

Un total de 15 patients a été inclus. L’âge moyen était de 67,7 ans (± 18,6). Le sex-ratio H/F était de 1,5. La taille médiane des tumeurs était de 15 mm de grand axe (extrêmes: 6-50 mm). On notait 8 CT de bas grade et 7 de haut grade. Les tumeurs étaient localisées au visage dans 67% (N=10) (dont la moitié sur le nez), sur le tronc dans 20% (N=3) et le cuir chevelu dans 13% (N=2) des cas. Tous les patients avaient eu une biopsie (N=11) ou exérèse dite complète (N=4) avec une marge variable (jusqu’à 5 mm) à visée diagnostique avant la réalisation de la 1èreétape de CMP, qui emportait des marges latérales de 10 mm. La marge des étapes ultérieures variait entre 5 et 10 mm et était décidée en réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP). Une seule étape était suffisante dans 67% des cas. Deux étapes étaient nécessaires pour obtenir des marges saines dans 7%, 3 étapes dans 20% et ≥4 étapes dans 6% des cas. Le nombre moyen d’étapes de CMP afin d’obtenir des marges saines étaient de 1,5 (±0,8). Pour une patiente, après 9 étapes incomplètes, on décidait en RCP de ne pas faire d’autre étape et de la surveiller (port d’une prothèse de l’héminez droit) en raison du caractère délabrant de la chirurgie ; aucune récidive à 3,5 ans. Dans les autres cas, la reconstruction était une suture directe (40%), une cicatrisation dirigée (13%), un lambeau (20%) ou une greffe (20%). Aucune récidive n’a été constatée avec un suivi médian de 14 mois [6-30].

Discussion:

Nous rapportons la plus grande série de CT traités par CMP. La CMP permet d’optimiser la prise en charge chirurgicale en réduisant les marges d`exérèses particulièrement mutilantes en région centro-faciale. Une seule étape de CMP était suffisante chez 2/3 des patients, avec tout de même des marges initiales de 10 mm. Aucune récidive n’est survenue dans notre série de CT traités par CMP alors que dans la littérature le taux de récidive est estimé à 17% avec la chirurgie standard. Le taux de récidive à plus long terme, et sur une plus large cohorte, reste à évaluer.

Posted in Chirurgie esthétique 29 jui 2020